THE ROYAL TEAS

Publié le par Frédéric Gille

 « Matin, midi et soir »

Interview d'Etienne (Chant) et Timothée (bassiste) deux membres du jeune groupe Lyonnais qui sera présent le 12 janvier au Citron.


PC190666.JPGEn février votre groupe aura un an et vous enchaînez de plus en plus de dates, pensez vous être près pour l’album ?
On a une dizaine de titres bien calés. Chaque concert est l’occasion de les améliorer. Nous avons déjà enregistré 5 titres. Lors de ces premiers enregistrements nous n’avions pas notre batteur Cédric. Maintenant qu’il est là, nous sommes plus sereins. Nous pensons enregistrer notre premier album mi janvier. Il s’agit d’un projet autodidacte. Il sera en vente sur internet et pourquoi pas chez certains disquaires. Mais cela ne veut pas dire que nous souhaitons rester totalement indépendants. Avoir un manager nous aiderait. Signer, c’est aussi un de nos objectifs.

Vous allez jouer deux fois en un mois au Citron. Prenez vous ces deux concerts de façon différentes ?
En fait on y aura joué quatre fois en cinq mois. Dès le premier concert que l’on a fait au Citron c’était le bordel, l’alchimie était là. Il n’y a donc pas de raisons de se priver. Au pire on change l’ordre de la playlist (rires).

D’ailleurs comment imaginez-vous la réaction du public, chez eux, à l’écoute de votre musique ?
On espère que ça leur donne envie de taper des pieds, de danser. Nous avons tous les mêmes influences rock des années 60-80, à part Cédric peut-être un peu plus soul. Notre musique n’est donc pas passée, elle est offensive, active. Elle peut s’écouter matin, midi et soir. 

Pour composer ces chansons entraînantes et écrire les textes, vous avez une méthode particulière ?
Nous sommes de l’école anglaise. La mélodie a beaucoup d’importance. En générale les deux guitaristes (Amaury et Maxime) trouvent un riff. Il le présente. Si cela plaît au groupe, on construit la chanson autour. Pour les paroles on ne se prend pas la tête. Il n’y a pas d’envie particulière en terme d’écriture même si on parle souvent de filles. On trouve une phrase d’accroche qui colle bien avec la mélodie et le reste découle.

Quels sont pour vous les points qui pourraient bloquer votre progression ?
La France n’est pas un pays si rock que cela, d'autant plus à Lyon. Même si beaucoup de gens se bougent : Planet Sound, Le Citron, Dandelyon, Lyon in rock, la nouvelle association Coquelicot’s tea party et bien d’autres. Il n’y a pas le même engouement que dans d’autres villes. Et puis, existe t-il beaucoup de groupes de rock français chantant en anglais qui réussissent ? Si tu n’as pas de bons textes en français, c'est difficile de percer. Mais pour nous ça n’est pas une crainte. Nous avons choisi de chanter en anglais. C’est ce qui nous convient le mieux et nous ne changerons pas.

Pour finir, déjà une idée pour le titre de votre premier album ?
On n’y a pas trop réfléchi mais pourquoi pas Maybe Baby.

Site officiel de The Royal teas


Publié dans Interviews artistes

Commenter cet article